1ère experience Vélib' :

Le 30 juillet, lundi soir, 23h 20, métro Pasteur. Je quitte un ami, et décide de prendre un vélib.

Accueil frais à la borne : à peine le temps de commencer à lire le mode d'emploi qu'une femme arrive à vélo, se bat contre son plot, ronchonne, et m'apostrophe " Hé vous, vous pouvez pas m'aider ? "

Un peu surpris par un ton agressif, je réponds que je n'en connais pas encore le fonctionnement que je lis le mode d'emploi pour la première fois. Une fois son vélib arrimé, elle part en marmonnant que "c'est une bonne idée mais ça marche pas leur truc !"

Je termine ma lecture : tout est tres simple et intuitif pour qui a une carte Navigo.

Le dos de la borne n'indique pas de carte du quartier mais uniquement :" le 15 juillet les vélib' arrivent à Paris"

Je sors mon vélo de la borne et 10 minutes plus tard j'arrive à proximité de chez moi à Dupleix
Pas de borne en vue en chemin; sauf à Sèvres-Lecourbe, juste après Pasteur.

Je continue sur ma lancée, j'arrive à Bir-Hakeim, pas plus de borne aperçue. et aucune idée de la borne la plus proche.
Je reviens sur mon chemin, impossible qu'il n'y ait aucune borne sur le terre-plein central ni des deux cotés du boulevard de Grenelle ni dans les rues attenantes ...

Revenu à Cambronne, je prend la rue Lecourbe en allant au sud. toujours pas de borne.
Ah si ! Mais la borne est déjà complete. Aucune place disponible et trois personnes se parlent des bornes les plus proches. Le plan au dos de la borne m'en indique une autre plus au sud .
Non, celle-ci aussi est complete. Son plan m'en indique une autre plus au sud .

Ah non, complete ! je fulmine. Une jeune femme un peu tendue me demande d'où je viens. "Du haut de la rue Lecourbe,mais c'est complet " "je sais j'en viens moi aussi"
Le plan de la borne m'en indique une autre vers la mairie du 15 eme. J'y vais.

Arrgh ! Elle est complète !

Y parlent un couple et un type. Le couple vient du sud et de l'est du 15eme . Tout est complet.
La fille se demande si elle ne va pas rendre son vélo dans le 14 ème, Porte d'Orléans. Il parait qu'il y avait quatre places là-bas !

On s'interroge. le type seul parle d'aller dans le centre de Paris et de prendre un taxi pour revenir. Le couple indique avoir déjà fait dix bornes en cherchant des places dans le 15ème et le 7ème.
Je suis sceptique.
Le garçon en couple parle de laisser son vélo sur le trottoir. Il annonce que dès demain matin il appellera vélib. Il repart.
" Ah mais je croyais que vous étiez ensemble !" s'étonne le type seul . En fait ce n'était pas un couple, simplement ils s'étaient associés dans leur recherche de places...

Je cherche sur la borne le numéro de telephone que l'on peut appeler. La jeune fille m'apprend que cela ne fonctionne que jusqu à 22 H. Il est 23 h 50.

Je repars vers le sud et l'ouest.
3 ème borne rue Lecourbe, Convention, Commerce , Je croise deux ou trois bornes pleines. Certaines n'ont pas plan de quartier au dos.
J'en cherche une rue des Entrepreneurs sans la trouver.

J'avance désormais sans but identifiable. Mon rythme ralentit. Ma philosophie du vélib change; C'est désormais le vélib pour le vélib, pas un moyen de transport.

J'arrive à Emile Zola, je cherche une borne à ce carrefour de six rues aux grands trottoirs. Nicht. Quedal.

Je continue vers Beaugrenelle, et là miracle, dans une petite rue adjacente, quatre places disponibles !

Il est 00 h 15. J'ai mis 50 minutes pour un trajet à pied de 20 minutes.

Dans la minute, deux des trois places restantes sont prises par un couple qui s'arrete dans un grand soupir de soulagement. Le type allume une clope en venant regarder le plan. Il s'etonne du fait qu'il y avait une borne à Emile Zola et qu'il ne l'a pas vue, pas plus que moi.

J'identifie deux bornes près de chez moi.

Je rentre chez moi . 400 mètres. Je recherche les bornes à proximité. Clairement L'une des deux n'existe pas. Je commence à suspecter que certaines bornes sont "prévisionnelles" malgré leur présence sur les plans.
Une fois chez moi , Internet me le confirme.

En bref, vélib le soir, c'est tout sauf un moyen de transport ; 50 minutes, des échanges avec une dizaine d'inconnus : c'est un after !!

Reste le plan drague " Si tu veux, donne-moi ton numéro, et si je trouve une place je t'appelle." ;-)

Hum, je ne suis pas le seul :

Par exemple ici

Ou là
Ou encore là