« Tous propriétaires » est une formule apparemment séduisante pour nos politiques. C’est oublier que devenir propriétaire est loin d’être la panacée et qu’il vaut souvent mieux être locataire pour bien vivre, ou plus astucieusement quand on en a les moyens, être locataire de son logement principal et propriétaire d'une résidence secondaire.

" D’un point de vue purement financier et contrairement à des idées reçues, l’achat n’est pas toujours préférable à la location.

L’application à l'immobilier du modèle de Gordon-Shapiro (voir encadré) permet de déterminer quelle est la solution la plus avantageuse entre ces deux possibilités. Il rapproche les dépenses actualisées du locataire et du propriétaire d’un logement en tout point semblable, pendant une longue période à l’issue de laquelle le propriétaire revend son bien et se retrouve dans la même situation que le locataire. Il stipule que le prix de revente augmente comme celui des loyers, mais qu’il faut en déduire le montant de l’impôt foncier et toutes les charges de rénovation versées annuellement.

En appliquant ce modèle aux prix moyens des transactions actuelles, on constate que, dans bien des régions, la location s’avère actuellement plus avantageuse que l’acquisition .

En conclusion, plutôt qu’inciter à l’acquisition des catégories de ménage à faibles revenus, nos gouvernants seraient bien inspirés d’alléger une réglementation locative trop contraignante. Ils pourraient prendre modèle sur les Suisses, les deux tiers d’entre eux préférant demeurer locataires.

"

Immonot.com